Mon corps en hiver : je fais quoi pour le chouchouter ?

L’entrée dans l’hiver est souvent synonyme de baisse de tonus, températures en chute, moral en berne, agressions de la peau liées au vent, au froid… Et si on profitait de cette saison pour chouchouter son corps et prendre soin de soi ? Par : Claire

Mon corps en hiver : je fais quoi pour le chouchouter ? 8 astuces Yon-Ka pour affronter l’hiver en douceur et en beauté!
Twitter Facebook Envoyer par email Imprimer

Nos 8 astuces pour affronter l’hiver en douceur et en beauté, pour se faire du bien, tout simplement.

 1 – J’écoute mon corps 
Stress, fatigue, manque d’exercice physique, excès alimentaires… notre corps émet des signaux qui ne sont pas toujours évidents à décrypter. « Il faut savoir l’écouter et ne pas le brutaliser en lui imposant une activité trop énergique » conseille Malika, esthéticienne à l’eSPAce Yon-Ka Paris. Crispations du cou et du dos, nœuds à l’estomac, jambes fatiguées… On n’attend pas pour faire du bien à son corps. Dans de nombreux cas, un soin adapté en institut/spa permet de dénouer ces tensions tout en douceur.

2 – Je change ma routine beauté
Le froid, le vent, le chauffage agressent la peau et déséquilibrent en particulier le film hydrolipidique et la barrière protectrice de notre épiderme. La peau devient plus sensible, inconfortable et sujette aux rougeurs. Les produits de soin conseillés, il y a quelques mois, peuvent ne plus être adaptés. On n’hésite pas à
consulter son esthéticienne pour un nouveau bilan beauté et une prescription personnalisée.
Les besoins de la peau varient selon les saisons. En hiver, on adapte en conséquence son duo jour/nuit avec des crèmes plus riches et plus protectrices. On ajoute à sa crème visage quelques gouttes soit :

     ▪ d’un sérum hydratant,
     ▪ d’un sérum nutritif,
     ▪ d’un sérum régénérant 

Pour le corps, on enrichit son lait hydratant avec quelques gouttes d’huile. En institut/spa, on opte pour des soins d’hydratation intense.
Ne l’oublions pas, l’hydratation cutanée est essentielle au maintien de la jeunesse et de l’équilibre de la peau.

3 – J’hydrate mes pieds et mes mains au quotidien
Ce sont nos pieds qui nous portent chaque jour. Et pourtant, on a vite tendance à les oublier en leur accordant bien peu de temps ! A tort, car la carte du corps est inscrite sous nos pieds. On pense donc à les hydrater, chaque jour, en les massant dans l’esprit de la réflexologie plantaire. On masse aussi bien la voûte que le coup de pied, le dessus du pied et chacun des orteils. On exerce des pressions douces puis de plus en  plus appuyées jusqu’à ce que les zones sensibles au toucher disparaissent totalement.

Nos mains, particulièrement exposées et agressées, ont, elles aussi, encore plus besoin d’être hydratées l’hiver, matin et soir.
Une petite astuce : les « gâter » avec une petit noisette de sa crème de jour ou de nuit !

4 – Je gomme
On a souvent tendance à penser que le gommage est synonyme d’agression et par conséquence qu’il n’est pas indispensable en hiver. Faux. Chaque jour, la peau se renouvelle et les cellules des couches profondes de l’épiderme migrent vers la surface. Elles s’éliminent en 28 jours environ, mais souvent d’une manière irrégulière. La peau devient alors rugueuse et le teint perd de son éclat.
Si on pratiquait des gommages visage et corps 2 fois par semaine, on en fera plus qu’un seul de chaque. On évitera aussi les gommages trop abrasifs.

5 – Je complète en acides gras
La surface de l'épiderme est recouverte d'un film hydrolipidique constitué essentiellement de sébum, de sueur et d'eau qui assure la protection naturelle de la peau contre les agressions extérieures. Il joue également un rôle essentiel dans l'élasticité et la souplesse de la peau. 
Le renouvellement de ce film hydrolipidique s’appuie sur l’équation : hydratation + nutrition.
En hiver, on pense à apporter des bons acides gras dans son alimentation comme les fruits secs à grignoter (à consommer toutefois avec modération). On valorise les Oméga 3 présents dans les huiles de colza, de pépins de raisins, d’olive, de tournesol, de sésame, de noix… On utilise exclusivement des huiles vierges bio obtenues par simple pression à froid. L'idéal est de les consommer en assaisonnement. On n’hésite pas à les alterner pour varier les saveurs et bénéficier de leurs précieuses complémentarités.

6 – Je continue à pratiquer une activité physique
C’est l’hiver, avouons-le : on a tendance à moins bouger. Le froid ne nous incite pas vraiment à l’exercice. Pourtant, il est indispensable à notre équilibre. On privilégie des sports plus doux comme la marche rapide au parc ou en forêt ; on oublie l’ascenseur ; on sort une station de métro avant... L’important est de ne pas tout arrêter, sous prétexte que ce n’est pas la « bonne saison ».
L'exercice physique a un impact positif sur le bien-être, le stress et l’estime de soi*.

7 – Je respire à pleins poumons
Chaque jour, debout ou allongé(e), fenêtre ouverte et lumière tamisée, on inspire profondément par le nez en gonflant le ventre. Puis on expire doucement par la bouche en expulsant d’abord l’air localisé au niveau du ventre puis des poumons. On retient ensuite son souffle pendant 5 secondes environ avant d’inspirer profondément à nouveau. Le rythme idéal : 3 min matin et soir, pour se retrouver, se calmer, s’oxygéner et écouter son corps. On pense préalablement à purifier l’air avec quelques gouttes d’huiles essentielles d’eucalyptus ou de pin.

8 – Je m’accorde du temps
Et si on prenait enfin le temps de s’occuper de soi ? Hammam, gommage, massage, enveloppement : toutes ces petites attentions sont essentielles à la santé de la peau et à notre bien-être. On s’offre une parenthèse enchantée en institut /spa ou chez soi.

         ▪ On s’accorde un bon bain aux huiles essentielles pour se délasser et retrouver du tonus. On lâche prise, on respire profondément et on se détoxine.

*Source : Etude Activité Physique Contextes et effets sur la santé réalisée par l’Inserm.

Le saviez-vous ?
Comme les plantes, notre organisme a besoin de lumière. Lorsque les jours se font plus courts et la lumière rare, environ 15% à 25 % de la population (principalement des femmes) souffrent de dépression saisonnière. Cette dernière s’accompagne de symptômes caractéristiques : manque d’énergie, fatigue importante, tristesse au réveil, besoin de sommeil…
Il est désormais établi que la cause de ce blues est à associer principalement au manque de lumière.
Depuis plusieurs années, l’usage thérapeutique de la lumière naturelle ou « luminothérapie » offre une solution pour lutter contre la dépression saisonnière mais également contre certains troubles du sommeil (notamment le jet-lag). Le principe : exposer son organisme à une lampe spécialement étudiée pour offrir un maximum de lumière (plusieurs dizaines de milliers de lux - unité de mesure d'éclairement lumineux).

Envoyer par email Imprimer