Soleil, Bronzage, Consignes sécurité…

Tous les magazines en parlent, mais un bis repetita n’est pas du luxe car je suis sûre que parmi vous, les adorateurs du Dieu soleil ne manquent pas ! Certes avec le soleil, le moral revient ; nous faisons le plein de vitamine D pour l’hiver mais quid des effets négatifs sur notre peau : vieillissement accéléré, taches pigmentaires, risques accrus de cancers cutanés - en forte progression depuis 20 ans. Par : Catherine Mühlethaler

Soleil, Bronzage, Consignes sécurité Yon-Ka…
Twitter Facebook Envoyer par email Imprimer

Essayons d’y voir plus clair :

I. Nos inégalités face au soleil

II. Bronzez intelligent

Des ennemies à connaître et à maîtriser

Halte aux idées reçues!

Nos inégalités face au soleil

Plus pâle est notre peau, plus ses pigments protecteurs– les mélanines –  sont déficients quantitativement et qualitativement, plus nous rougissons sous l’effet du soleil,  moins nous bronzons, si tant est que nous bronzions, diront les roux ! Je ne vous apprendrai rien.
La seule solution : s’abriter du rayonnement par tous les moyens possibles : pantalon, manches longues, chapeau, proteger les zones découvertes avec un SPF 50 UVA/UVB

Pour la belle couleur pain d’épice dont nous rêvons, une réponse : l’AUTO BRONZANT
Côté positif : nous préservons la jeunesse de notre peau et ferons des envieux passé la cinquantaine !

Pour les peaux claires qui parviennent à dorer,  la vigilance s’impose ! Evitons les protections  UVA/UVB inférieures à 20 et choisissons toujours l’indice 50 lorsque le soleil se montre généreux ou pour apprivoiser la peau lors des 1ères expositions !

Pour les peaux mates ou foncées qui bronzent facilement, elles subissent comme les autres  les agressions du rayonnement. Certes, elles pourront se permettre des indices de protection UVA/UVB plus faibles mais lors d’exposition prolongée ou d’ensoleillement intense, l’indice 50 sera lui aussi de rigueur pour éviter les effets pervers du soleil et le vieillissement prématuré de la peau.

Notre capital soleil
Ce capital diminue dangereusement à chaque coup de soleil. Dès nos 16 ans, si nous n’y prenons garde, il peut avoir été épuisé. Alors éduquons nos enfants, protégeons-les et protégeons-nous. Il en va de la santé de chacun.

Bronzez intelligent

Avant toute exposition appliquez une protection contre les UVA et les UVB adaptée à l’ensoleillement, à la sensibilité de la peau, à la réverbération (mer ou montagne), à l’altitude,  au sport pratiqué, à la durée d’exposition, à l’index UV à consulter sur votre smartphone ou le site internet  http://www.soleil.info/uv-meteo/lindex-uv/
Appliquez le produit généreusement, 30 minutes avant de  vous exposer,
Achetez de nouveaux produits d’une année à l’autre ; ceux de l’année précédente ou ouverts depuis plus de 6 mois sont à jeter!
Renouvelez l’application au minimum toutes les 2 heures, et systématiquement après la baignade, vous être essuyé  ou avoir transpiré abondamment,
Evitez de vous exposer entre 11 h et 16 h, lorsque l’ombre portée est la plus courte,
Exposez-vous très progressivement pour bronzer sans brûler,
Evitez les expositions prolongées quelle que soit la nature de votre peau, 
N’exposez pas les enfants de moins de 3 ans car leur peau est encore immature, 
Portez des lunettes de soleil enveloppantes, de catégorie 3 ou 4, des vêtements protecteurs, un chapeau aux heures les plus chaudes,
Concernant l’alimentation, privilégiez les  fruits colorés et légumes de saison (vitamine C, caroténoïdes), les huiles de germe de blé, tournesol, maïs (vitamine E), l’huile de colza et les poissons gras (oméga 3), …
Après l’exposition, pensez à hydrater, nourrir et régénérer votre peau au maximum, pour lutter contre les radicaux libres générés par les UV.

Des ennemies à connaître et à maîtriser

Parfums : évitez de vous parfumer avant de vous exposer au soleil. Certaines molécules parfumantes peuvent être photosensibilisantes et provoquer brûlures et pigmentations durables.

Médicaments : si vous en prenez, demandez l’avis de votre médecin traitant ou de votre pharmacien.

Plantes : résistez à l’envie de vous étendre directement sur l’herbe ; certaines plantes peuvent provoquer rougeurs, brûlures et pigmentations persistantes.

Champignons microscopiques : ils se cachent dans le sable, sur le sol des piscines, le matelas ou la toile des transats et provoquent pigmentations ou dépigmentations. Utilisez votre propre de serviette de bain ; lavez-la si possible, quotidiennement.

Les rampes UV– prudence en la matière – pour information l’Australie qui détient le record des cancers de la peau les a interdites.
Infos utiles
Grossesse : attention au masque de grossesse ! même si votre peau est mate, optez pour une protection maximale avant toute exposition et respectez toutes les consignes de sécurité ; pendant cette période votre peau est hyper fragilisée et risque facilement de pigmenter.

Acné : l’amélioration constatée n’est qu’un leurre. Sous l’action du rayonnement, votre peau se défend, la couche cornée s’épaissit ce qui tend à boucher les pores.  Attention à la recrudescence des boutons au retour de vacances. 

Cicatrices : préservez-les du soleil la 1ère année.

Allergie au soleil ou lucite estivale : elle se traduit, dès la 1ère exposition, par des démangeaisons insupportables, des petits boutons rouges sur le décolleté, les avant bras … Elle peut ne pas se reproduire l’année suivante sans que l’on sache  pourquoi. Les remèdes : protection maximale et, si nécessaire, médicaments prescrits par votre médecin.

Halte aux idées reçues!

- une protection élevée ne vous empêche pas de bronzer
- un lait autobronzant ne protège pas contre les UVA et les UVB
- un ciel nuageux ne vous dispense pas de votre protection solaire.

Maintenant, à vous de jouer et Vive le Soleil et les Vacances!

Envoyer par email Imprimer